Print this page
Sunday, 09 October 2016 16:43

He Tangata Featured

Written by

Je ne crois pas que ça fasse maintenant presqu’un mois depuis le moment où nous avons pris l’avion pour la France! J’ai l’impression d’avoir dit à ma mère d’accueil un jour que “nous sommes déjà à la moitié” et le prochain, c’était un “à bientôt” à la place Guy Mollet. Comment le temps passe vite! Alors, voilà quelques reflections…

Nous avions une grande occasion de visiter des nombreux sites importants — les cimetières, les monuments et les musées y compris. Pourtant, mes souvenirs les plus importants sont d’abord des gens. Déjà, il y a ma super famille d’accueil. Arnaud, Valérie, Yvan, Clément et Henry (oui, avec un y - très moderne, très classe!) — j’étais complément boulversé par votre gentillesse, et j’ai admiré votre énergie, et votre passion pour votre région. Nous avons passé des très jolis moments ensemble en faisant la chasse au marais, en découvrant la ville d’Arras, en montant le Beffroi, en faisant le tour en Berlingo rapide! Ce sont des souvenirs que je tiendrai toute ma vie et donc je vous remercie du fond de mon cœur. Vous me manquez et je serai absolument ravi de vous retrouver très bientôt, en fin de l’année! 

Nous, les gamins!

Nous avions également le plaisir d’être accompagné par notre super stagiaire lillois, Marion! Elle nous a appris plein de choses, et c’était trop classe d’avoir quelqu’un de la région. Vraiment merci pour tout et à très bientôt, notre amie! Ensuite, les lycées d’accueil et tous les élèves étaient très accueillants, et je l’ai apprécié énormément! C’était super de travailler avec Madame Queant et le département d’anglais à Guy Mollet. Un grand merci aux professeurs avec qui j’avais le plaisir de rencontrer, et aussi aux proviseurs de Guy Mollet et Savarie — Monsieur Dupas et Madame Litmanowski — pour vos accueils chaleureux! J’aimerais bien établir un lien entre vos écoles et le mien, et j’en parlerai avec mon professeur de français et mon proviseur. Merci beaucoup! Finalement, nous étions très bien reçus à La Mission du Centenaire par son président, au Ministre aux anciens combattants et de la mémoire par le Ministre et aux Mairies de Le Quesnoy et d’Arras, et donc je voudrais prendre cette occasion de remercier sincèrement ces chefs de la communauté et du pays, et tous les autres acteurs de notre tour en France!

Notre super stagiaire! Au Lycée Guy Mollet

Enfin, pour moi, le mot qui met en bilan ce tour, c’est l’amitié; une amitié fondée sur nos histoires partagées, et une amitié qui va durer bien à l’avenir, je sais. Cependant, nous avons crée des forts liens entre nos écoles, nos villes et régions, et nos deux pays, mais notre devoir actuel est de continuer de construire ces rapports. C’est un défi pour moi, c’est un défi pour tous les jeunes ambassadeurs, et c’est un défi pour tout le monde impliqué dans ce projet. 

Pendant les deux semaines, nous avons vécu des experiences très puissantes, face à face avec des monuments énormes et imposants, des cimetières dont le taille tout seul nous rappelait de la futilité de la guerre, du coût en souffrance humaine sans appel. Pendant tout ce que nous avons vu, une citation traduite en anglais, flamand, allemand et français sur une pierre aux tranchées allemandes de Bayerwald en Belgique m’a touché le plus. Voici la:

“Le temps est venu de regarder vers l’avenir avec espoir plutôt qu’avec animosité vers le passé.”

Et c’est ça, n’est pas? Le passé est le passé. Ne me confondez pas — il est tellement important de   se souvenir du passé, et c’est exactement ce que nous avons fait pendant ce temps en France. Le passé est une leçon pour l’instant présent et pour l’avenir. Mais, l’action la plus puissante que nous pourrions prendre, c’est de pardonner les erreurs du passé et d’avancer ensemble avec espoir, et avec un but de paix. Et c’est pour ça que je suis fier de ce que nous avons accompli: oui, nous avons pris conscience du passé, mais nous n’avons pas seulement commémoré le passé mais plutôt nous avons utilisé le passé comme un contexte sur lequel nous avons établi des relations amicales pour l’avenir. Ce projet était, pour moi au moins, également pour l’avenir comme pour le passé, et c’est pour ça que les gens étaient la dimension la plus importante de ce tour pour moi. 

Je vais vous laisser avec une de mes citations les plus préférées du monde que j’ai utilisé lorsqu’un discours à la soirée des jeunes ambassadeurs, ses familles d’accueil et ses lycées d’accueil car elle exprime ce que je n’arrive pas de faire en beaucoup de mots. Cette citation résonne dans les entrailles les plus profondes de mon cœur et elle reflète parfaitement tout ce qui j’essaie d’être, tout. C’est une citation Māori et elle montre qu’à travers le monde, peu importe de la culture, nos sentiments fondamentaux sont les mêmes. Voici la:

He aha te mea nui o te ao?

He tangata.

He tangata.

He tangata.

Quelle est la chose la plus importante dans le monde?

Ce sont les gens.

Ce sont les gens.

Ce sont les gens. 

Read 2910 times Last modified on Sunday, 09 October 2016 17:11
Thomas Swinburn

Dilworth
Auckland

Media

Login to post comments